Les blouses sales

Les blouses sales.
Constat du déclin du pays France:

Dernièrement, il m’a été donné d’accompagner quelqu’un pour une consultation à l’hôpital de la Salpêtrière dans le 13em arrondissement de Paris.
Ce fut comme un voyage dans le temps!!
Certes, les locaux ont été en partie restaurés dans les années soixante-dix. (Il y a 40 ans)
mais c’est…
Comment dire…
Particulier! c’est cela.
C’est une expérience particulière!
Nous avions rendez-vous à 15 heures avec un spécialiste pour lequel il faut réserver au minimum six mois à l’avance.
Un ponte!

Arrivé à 14h 47 nous sommes tombés sur une file d’attente dans un corridor exigu.
Mais…
Il n’y avait personne au guichet!
Et malgré la chaleur; Pas de climatisation!
Une sorte de fumet… Comme un concentré de transpiration, chatouillait ravageusement les narines de tous les convives.
Tel un troupeau docile, tout le monde attendait sans rien dire.
On est pas chez Darty!
Hors de question de hausser le ton pour cause de mécontentement!
Chacun avec son petit cancer, attend poliment son spécialiste,
Le trouillomètre à zéro et l’espoir que le toubib sera en cheville avec les dieux.

15h07 Une sorte d’impatience commence à s’emparer de mon enveloppe charnelle
Je sens mon dos en eau. Ma chemise colle à la peau.

15h 27 Toujours personne derrière le guichet et l’endroit qui se rempli comme le métro au heures de pointes.
« Bandes d’enculés  » me dis-je,
(sans pour autant souffrir du syndrome de Gilles de la Tourette)
« Ils commences à me faire chier ces fonctionnaires de merde payés à rien foutre! »
Bien sur… Comme il y a des vigiles un peu plus loin, je ne fais pas la remarque à voix haute, mais je le pense quand même!
Moi qui suis artisan et qui travaille 10 heures par jours et 7 jours par semaine sans prendre de vacances et cela pour juste avoir les moyens de survivre et de payer des études à mes gosses tellement mon travail est taxé pour la générosité sociale; Je trouve que la situation est quelque peu abusive.
Toutefois, mon self control me permet de rester zen et j’emploie mon temps d’attente dans l’observation des lieux.

Des blouses blanches vont et viennent.
Et ça passe et ça repasse sans arrêt!
« Blouses blanches » Parlons-en!
Si dans les années soixante-dix la lessive lavait plus blanc que blanc
Ce n’est plus du tout le cas!
Vous pouvez vous laver les dents tant que vous voulez, si la brosse na va pas dans les coins, la crasse s’y accumulera.
C’est l’impression que j’ai en regardant les blouses (blanches) du personnel hospitalier de la ville de Paris.
Elle ne sont pas blanches mais légèrement grisâtres et lustrées
Et si vous observez bien le bas des poches de ses vielles blouses …
A l’endroit des coutures, ont y aperçois comme une bande noirâtre de crasse accumulée.
C’est tout juste si les chiottes publiques ne sont pas plus hygiéniques!
En tous cas: Il y a plein de gens qui meurent d’une maladie qu’ils ont contracté à l’hôpital…

Dégoûté j’aperçois le même type de grisaille sur les murs chargés de crasse ancestrale.
Les faux plafonds sont jaunâtres, les néons blafards
L’ambiance; Cafard
Il y a sur le sol, une espèce de tache sur le très vieux carrelage.
Comme une marque de vomis que personne n’aurait nettoyée
dont l’acidité aurait rongé la surface du matériau pour l’éternité.
On est en France en 2014.

15h47 Toujours personne au guichet…
Du coup, je pense à ma belle soeur, une parisienne endurcie.
Il y a quelque temps de cela, elle voulu prendre son avion depuis la chine pour retourner en France, mais au portique de control
la POLICE chinoise l’a arrêtée!
Non pas pour délinquance!
Mais parce qu’elle avait 38,2° de température selon le portique.
ce qui est nettement au dessus de la normale, surtout en regard du virus Ebola.

Sans possibilité de contester quoi que ce soit,
elle fut immédiatement conduite jusqu’à un hôpital ultra moderne
(elle n’avait jamais vu ça, (arrivant de sa cambrousse centro-parisienne).
Elle fut très impressionnée!
Ou on lui fit un check-up total en moins d’une journée
ce qui aurait demandé quelques jours en france.
Comme elle n’avait rien; elle fut retransportée à l’aéroport et les autorités chinoises se sont occupée de faire reconduire son billet d’avion, le tout avec sourire et ménagements permanents.

16h07
Ca y est!
Nous sommes enfin reçu pour le RDV que nous avions contracté depuis six mois pour 15 heures…
Hrum, hrummm…
Deux minutes et quarante trois secondes!
C’est le temps que nous a consacré l’enfoiré, heu… Pardon le professeur en médecine.
Même pas bonjour.
De type imbu et d’humeur agacée celui-ci avait apparemment d’autres préoccupations.
Sûrement un souci de partie de golf ou un problème d’essuie-glaces avec sa Jaguar.
Je vais vous faire une ordonnance dit-il sans lever les yeux;
En effet, étant d’une caste supérieure, son altesse ne considère pas utile de perdre son temps à regarder ses patients dans les yeux, comme le font les simples médecins de campagne.
Lui ça fait des années qu’il voit de la viande passer!
Les futurs cadavres, ça le connais
il en est un peu lassé
Du coup,
Il place sa personnalité au dessus de la mêlée.
Comme dégoûté,
dans sa blouse sale des hôpitaux de Paris.
Fin de la consultation.

Jean-Marc Lavaud
Saint Jean lasseille. Septembre 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.